LUIGI PIRANDELLO

Publié le par Les Autographes du siècle

Un autographe introuvable du Prix Nobel de Littérature... signé à Paris 2 ans avant sa mort !

Ecrivain italien. Il étudie à l'université de Rome (1887) puis à celle de Bonn (1889) où il est nommé lecteur d'italien en 1891. En 1892, il retourne en Italie et s'établit à Rome où il noue ses première relations littéraires. Il enseigne à l'Instituto Superiore di Magistero de Rome de 1897 à 1922, abandonnant définitivement l'enseignement. En 1894, il épouse Maria Antonietta Portulanu.

En 1924, il s'inscrit au parti fasciste. Puis il fonde et dirige le Theatro d'Arte di Roma, qui effectuera jusqu'en 1928 plusieurs tournées en Italie et à l'étranger. Il y engage une jeune actrice inconnue, Marta Abba, dont il s'éprend et pour laquelle il écrira plusieurs comédies.
Il écrit d'abord des romans, des nouvelles et des poèmes avant d'aborder le théâtre, à 50 ans.
28 de ses 43 pièces sont tirées de nouvelles ou d'épisodes romanesques qu'il avait écrit antérieurement.
Ses premières pièces, l'Etau et Cédrats de Sicile sont représentées en 1910, et sa première comédie en trois actes, La Raison des autres en 1915.

Le Théâtre de Pirandello est avant celui de Brecht une entreprise systématique de renouvellement de la dramaturgie moderne. Ses pièces ont pour ressort dramatique le dédoublement. C'est ce qui caractérise le Pirandellisme. L'oeuvre de Pirandello est donc à lire comme un rigoureux système du double, ordonné autour de deux grand thèmes : le miroir (symbole d'une expérience de dédoublement vécue par Pirandello à la fois comme horreur de son propre corps et comme aliénation au discours d'autrui, particulièrement au délire paranoïaque de sa femme) et la gémellité (à la fois inversion et récupération de l'expérience biographique du dédoublement). Ce système culmine dans la trilogie du "théâtre dans le théâtre" avec Six personnages en quête d'auteur (1921), Comme ci ou comme ça (1924), Ce soir on improvise (1930).

Prix Nobel de littérature en 1934, il meurt à Rome en 1936, avant d'avoir achevé sa dernière pièce Les géants de la montagne.

Représentations à l'Odéon :
- Henri IV, en 1928 et 1973
- Six personnages en quête d'auteur, en 1952, et en 1986 dans une mise en scène de Jean-Pierre Vincent
- Les Géants de la montagne, en 1967 dans une mise en scène de Giorgio Strehler
- Le jeu des rôles, en 1967 dans une mise en scène de Giorgio de Lullo
- Il Berretto a Sonagli, en 1986 dans une mise en scène de Lamberto Puggelli
- Come tu mi voi, en 1988 dans une mise en scène de Giorgio Strehler
- L'Etau et Je rêve (mais peut-être pas), en 1992 dans une mise en scène de Jean-Louis Benoît et Didier Bezace, au Petit Odéon.

La vie de Pirandello n'est pas un roman d'aventures. Sa plus grande source d'originalité, d'intérêt, vient de son œuvre et de sa modernité. Sa renommée est liée à la révolution qu'il a introduite dans les formes théâtrales. Cependant, une partie moins connue de son œuvre — deux cent vingt romans et nouvelles — prend ses sources et son inspiration dans les quelques éléments forts de sa vie privée — sa femme a sombré dans la folie — et surtout dans les profondeurs de sa "sicilianité" imprégnée de son mystérieux terroir. On peut dire que son mariage, sa faillite conjugale, les mœurs traditionnelles, sévères, absurdes de la Sicile ont moulé à jamais son art.»


Luigi Pirandello. Photo prise en 1934
Source : Library of Congress, Prints and Photographs Division, New York World-Telegram and the Sun Newspaper Photograph Collection
Numéro de reproduction : LC-USZ62-116966

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article